Posté le 21 octobre 2007 & (lectures 62,873)
LFFM: L'adoption est-elle permise en Islam ?
Le concept de l’adoption en Islam est quelque peu différent de la notion moderne. En effet, la religion musulmane interdit l'adoption formelle qui consiste à rattacher volontairement à sa propre personne l’enfant de quelqu’un d’autre et à lui appliquer tous les droits de filiation avec toutes les conséquences sociales et identitaires qui en découlent.
Pourquoi ? Explications...


1. Qu'est ce que l'adoption au sens moderne du terme ?

Voici ce que nous trouvons dans le Dictionnaire Webster : adopter est prendre dans sa famille l'enfant de quelqu'un d'autre par une procéure légale et de l'élever comme s'il était le sien. Cela signifie qu'un enfant adopté ne portera plus le nom de son père biologique et aura donc pour résultat qu'il ou elle sera coupé (e) de tous les droits ou responsabilités envers ses parents biologiques et sera traité(e) alors comme l'enfant à part entière de ceux qui l'adoptent.


2. Comment est abordée l'adoption en Islam ? 

« Il (ALLAH) n’a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos (qui sortent) de votre bouche. Mais ALLAH dit la vérité et c’est Lui qui met dans la bonne direction.  Appelez-les du nom de leurs pères : c’est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés. Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément. […] » (Sourate 33 verset4-5)

L'adoption était largement répandue en Arabie et dans le reste du monde lorsque l'Islam a été révélé. Le Prophète Mohammad (PBAsl) lui-même avait Zaïd comme fils adopté. Il était appelé "Zaïd fils de Mohammad".

Le Coran a alors permis de fixer des règles spécifiques sur la relation juridique entre un enfant et sa famille adoptive, qui permettent à l'enfant de s'épanouir à tous les niveaux sans être déchu de son identité :

- l’enfant doit conserver le nom de ses parents biologiques


- l’enfant ne peut pas prétendre avoir un droit sur l’héritage venant de ses parents adoptifs, toutefois il est permis et même souhaitable que le père adoptif fasse de son vivant, un testament en faveur de son fils ou de sa fille adoptive


- l’enfant à un droit d’héritage sur ses parents biologiques


- Il est conseillé à la mère adoptive d’allaiter l’enfant car devenu pubère, il n’est pas un Mahram et peut se lier maritalement avec l’un des membres de la famille car il n’existe pas de lien sanguin.


- Les biens et les richesses de l’enfant doivent être protégé et non utilisés par les parents adoptifs

L’islam est formel : voler une part de cet argent est considéré comme un grand péché comme le précise le Saint-coran : « Ceux qui mangent (disposent) des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront dans les flammes de l’enfer » (Sourate 4 verset 10)

Ainsi, s'il s'agit pour un homme et une femme de prendre en charge un enfant qui est orphelin ou qui n'a aucun soutien et de s'occuper de lui comme de leur propre enfant, en lui accordant toute la tendresse et la douceur dont il a besoin, en lui assurant sa prise en charge matérielle et en lui donnant une bonne éducation (morale, spirituelle, intellectuelle…), sans porter atteinte en aucune façon qui soit à sa véritable filiation, alors, cela est considéré comme un acte très méritoire aux yeux d'Allah.

3. Bienveillance et solidarité dans l'Islam

L'Islam encourage la prise en charge des orphelins et des pauvres. D'ailleurs, le Prophète Mohammad (PBAsl), lui-même orphelin, a dit : "Moi et les gardiens des orphelins seront ensemble au paradis" ; il a aussi appelé les musulmans à donner le meilleur traitement aux enfants dans la misère. Même une caresse sur la tête d'un enfant ou une tape sur son épaule est un acte de vertu aux yeux d'Allah. L'Islam donne aussi un très sérieux avertissement à ceux qui disposent à leur profit des biens des orphelins.

En conclusion : L’islam reconnaît à chaque enfant le droit à une filiation paternelle qui est un droit imprescriptible. C’est pour cette raison qu’il a interdit l’adoption formelle qui prive l’enfant de ce droit. Cependant, il n’empêche pas qu’une famille intègre en son sein un enfant étranger et le protège, il y invite plutôt.

Sources :


-L’enfant en Islam de Abdallah Abderrrahman
- Le Saint-coran

- Le jardin des vertueux
-L'islam et l'adoption :http://www.ummah.com/islam/taqwapalace/francais/adoption.htm