Posté le 21 avril 2016 (lectures 1,076)
LFFM: Choix du voile, stop à l'acharnement politique
LFFM, le 21 Avril 2016  : Choix du voile, stop à l'acharnement politique

Etat des lieux


Hier, en France, la religion musulmane était perçue sous le prisme de la méconnaissance, face à une communauté religieuse peu visible. Ces "mamans" assimilées à des "orientales" et non à des citoyennes françaises, gênaient peu. La société les assimilait à une forme d'exotisme importée par l'immigration. Loin de susciter une quelconque réflexion ni une forme de curiosité envers l'islam, ces femmes étaient relayées au rang d'étrangères.


2016- La religion musulmane est devenue la 2ème religion de France. Pourtant, rien n'a changé dans les chaumières de France. On continue de croire que Allah n'est pas Dieu. Que Issa n'est pas Jésus. Que Ibrahim n'est pas Abraham. Bref, on sait juste qu'il y a un certain barbu nommé Mohammad qui serait le prophète des musulmans. Mais qui sait que l'Islam est la 3ème religion de Dieu succédant aux religions juive et chrétienne ?



De la méconnaissance découle le cercle vicieux des interprétations et autres amalgames. À ce jeu, les intellectuels de notre pays n'ont malheureusement pas brillé. 


On ne badine pas avec le voile


La femme musulmane a suscité une attention particulière, doux euphémisme d'un acharnement devenu politique et instrumentalisé par les médias. 


Le "voile" est décrit par nos médias esclaves de la mode comme outil d'"asservissement de la femme". 


Aujourd'hui, nos politiques n'ont rien de mieux à faire que théoriser sur "une loi pour interdire le voile à  l'université ". Or, le choix vestimentaire revêt une dimension personnelle qui doit être respectée. 


Jour après jour, nous avons vu émerger polémiques stériles et "mots d'esprit" qui en manquent cruellement, visant à attaquer le choix de ces milliers de citoyennes françaises. 


Nous, français, épris de Liberté, d'Égalité et de Fraternité, avons-nous donc oublié ces notions au profit de modèles stéréotypées et sans identité ? 


Cela sonne encore une fois la course à la présidentielle et le glas de la campagne est l'islam. Après l'extrême droite, c'est au tour de la gauche de s'emparer lâchement de la haine de ce que l'on ne connait pas, pour se contruire un électorat. 


La France retrouverait t elle enfin passion et engouement à travers un débat qui flirte avec racisme et discrimination ?


Qu'en est il aujourd'hui de cette proposition de faire une loi à l'université ? M. Valls veut démontrer "la compatibilité de l'Islam avec la république" en privant certaines femmes musulmanes de l'université ? Partant du substrat que la femme voilée est "asservie", alors il s'agirait de lui interdire l'école et l'université. Là dessus, nombre de dites féministes participeront lamentablement à dénigrer leurs concitoyennes, elles-même féministes et courageuses de porter leurs choix. 


Nous assistons à des politiciens qui jouent aux dictateurs...

Pendant ce temps là, les vrais problèmes de société comme le chômage, le mal-logement, l'éducation....continuent à empirer. 


Femmes musulmanes, les nouvelles féministes ? 


Cessons de parler au nom des femmes musulmanes françaises et laissons les s'exprimer. 


 La vraie liberté, c'est le choix. Le choix de croire ou de ne pas croire. Le choix de s'habiller, avec ou sans voile sur les cheveux, du moment que cela ne trouble pas l'ordre public. Comme l'atteste la déclaration des droits de l'homme (art 10) et la constitution française (art 1er), "nul ne doit être inquiété pour ses opinions religieuses tant qu'elles ne troublent pas l'ordre public" et  "la France respecte TOUTES les croyances". 


Le secrétaire d'état Thierry Mandon a affirmé “qu'il n'y avait pas besoin de loi à l'université” ou encore la Sénatrice Nathalie Goulet qui “s'est demandé s'il n'y a avait pas de femmes musulmanes voilées en France, de quoi Valls parlerait ?". 


Les Présidents d'Université ont déjà statué sur la question en affirmant qu'ils étaient défavorables à cette proposition de loi. Ils sont au plus proche des étudiants et de leur quotidien et savent que ce bout de tissu ne va pas amoindrir les compétences de ces brillantes élèves qui aspirent à un bel avenir. 


Ligue Française des Femmes Musulmanes, 

21 Avril 2016