Posté le 14 avril 2016 & (lectures 740)
LFFM: La femme musulmane 2016 : un nouveau défi
Avril 2016 : Témoignage de Sarah pour la Ligue Française des Femmes Musulmanes

La femme musulmane 2016 : un nouveau défi


« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ».

Ces quelques lignes de notre constitution me font rêver. Rêver d’un monde juste, où chacun peut penser et agir librement, sans crainte. Puis je me réveille. La réalité me frappe de plein fouet. Le nombre d’actes islamophobes ne cesse d’augmenter. On essaie de bannir le voile de l'université « au nom de la cohérence».

Oui, car, bien que citoyenne française, je suis voilée et je dois me battre. 



Me battre contre des attaques islamophobes qui fondent leur légitimité dans les dires des médias. Me battre contre ces arguments politiques qui veulent « libérer la femme » tout en lui dictant ce qu’elle doit faire ou ne pas faire. Me battre contre ces personnes qui ne me considèrent pas à ma juste valeur. Me battre pour travailler dans les mêmes conditions que n’importe qui. Et ce pour quelle raison ? Un morceau de tissu.


Alors oui je me battrais parce que c’est mon devoir. J’essuierais les menaces avec patience et sans crainte car je sais que le Tout puissant est avec moi. Je postulerai autant que possible jusqu’à trouver le poste qui me convient. J’adopterai le meilleur comportement en société pour montrer la vraie image de l’islam, de la femme musulmane. Je forgerai un avenir meilleur pour mes enfants, pour mes sœurs. Je lutterai pour plus de justice.


{[...] En vérité, Allah ne change pas l'état d'un peuple tant que celui-ci ne change pas ce qui est en lui-même.} [Sourate 13 - Verset 11].


Mais avant cela, je dois d’abord faire un travail personnel. Mener une introspection et changer ce qui dans mon comportement ne va pas. Me rapprocher de mon créateur et des vraies sources pour lutter contre les préjugés régnant dans ma communauté. Il faudra que je lutte contre l’obscurantisme, contre ces savants qui tentent de me réduire à ce statut d’incapable qu’avaient les femmes sous Napoléon et qui freinent mon évolution.

Pour cela je dois commencer par croire en moi, et mes capacités, mais surtout rechercher quelle place j’occupe dans l’islam. Je dois garder à l’esprit que la femme compose la moitié de la population du monde. Elle a des rôles à jouer et des devoirs à accomplir dans ce monde immense qui est notre ; où elle exerce en sa qualité de mère, d'épouse, et de fille.


Alors je me battrais. C’est mon devoir.


​Je me battrais pour mes droits en tant que femme musulmane, un peu comme Marie Gouze, Hubertine Auclert ou encore Falala qui ont lutté pour le droit de vote des femmes et la reconnaissance de leurs droits.