Posté le 23 juin 2013 & (lectures 1,251)
LFFM: Non à l’islamophobie : lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls
Le 20 Juin 2013 par Safiya Meziani : Non à l’islamophobie : lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls

Monsieur le Ministre, 

Qu’attendez-vous ? Depuis plusieurs semaines déjà, des agressions violentes à caractère islamophobe ont eu lieu dans la ville d'Argenteuil et plusieurs actes de vandalisme ont visé des lieux de culte musulmans ainsi que des cimetières. Les communiqués sont nombreux, des rassemblements en solidarité aux victimes, à l’initiative d’institutions et de personnes physiques, ont réuni des membres de la société civile pour dénoncer ces passages à l’acte en forte recrudescence. Cela fait plusieurs mois que la communauté musulmane est la cible privilégiée de tels agissements. 


L’absence de réaction officielle de la classe politique, la non-couverture systématique, voire la désinformation médiatique, sur ces faits, la surdité face à ce phénomène qui gangrène la France ne font qu’exacerber la colère des citoyens français de confession musulmane et accroître le manque de confiance à votre égard. 

La femme musulmane française voilée est la première concernée et, derrière elle, c’est toute la communauté musulmane française qui subit de nombreuses injustices devenues institutionnelles par l’instauration de plusieurs lois sur le port de signes religieux, plus précisément du foulard. 

Devrions-nous vous rappeler que vous ne respectez pas les lois de la République en voulant modifier le jugement de la Cour de cassation concernant l’affaire Baby Loup qui a annulé le licenciement de l’employée ? Depuis quand un ministre regrette une décision de justice ? La séparation des pouvoirs n’existe-t-elle pas dans un Etat de droit ? Toutes les lois visant le foulard de la femme musulmane est un outil d’exclusion et clairement discriminatoire et la laïcité ne peut en être le prétexte car elle est le cadre que tous les musulmans de France voudraient voir respecter quant à la liberté de conscience et de culte. 

Qu’attendez-vous pour intervenir et apaiser les tensions ? Que la tension qui est déjà au plus haut explose ? Que le vivre-ensemble soit menacé définitivement ? Que le contexte de crise amplifie plus significativement le populisme et les crispations identitaires comme il se passe dans d’autres pays européens ? Que le FN s’installe légitimement et confortablement aux côtés de l’UMP et du PS ? 

C’est vous qui portez la responsabilité de cette dégradation sociale, c’est vous qui l’instaurez en disant que « le voile reste le combat essentiel de la République » et que certains groupes d’extrême droite ont pris à la lettre en libérant la parole raciste et en propageant la violence islamophobe. 

Pourquoi attendez-vous ? Vous avez rapidement condamné l’agression de plusieurs étudiants chinois en Gironde en qualifiant cet acte de « xénophobe ». Pourquoi ne pas avoir dénoncé les actes xénophobes d’Argenteuil ? Les actes contre ces jeunes filles ne relèvent-ils pas de la xénophobie ? Nous déplorons que votre indignation à géométrie variable a de beaux jours devant elle. 

Depuis des années, un racisme d’Etat a pris place dans notre pays, ce pays des droits de l’homme bafoués par une classe politique toujours enclin aux dérapages médiatiques et un discours distillé dans les médias par certains pseudos-intellectuels qui relayent leur haine de l’autre, leur islamophobie au grand jour sans que cela éveille aucun responsable politique dans l’outre-passement du respect des lois de la République. 

La seule orientation possible est de recevoir les associations musulmanes qui travaillent à lutter quotidiennement contre l’islamophobie et le racisme, d’entendre les citoyens victimes de cette violence caractérisée, de mettre en place une commission d’enquête sur les actes islamophobes, de faire honneur à la justice et de laisser place au dialogue. 

Monsieur le Ministre, la communauté musulmane française attend non pas uniquement des excuses publiques pour votre manque de réactivité mais bien des signes forts quant à la condamnation ferme et sans conditions des actes de violence faits à l’encontre d’une partie des citoyens qui compose la société française. N’attendez plus, agissez et vite en concertation avec l’ensemble des acteurs et des associations antiracistes. 

* Safiya Meziani est citoyenne française de confession musulmane et militante associative.