Posté le 12 avril 2013 (lectures 1,155)
LFFM: Le voile, une obsession bien française
Article du 8 Avril 2013 : Par CHRISTOPHE CARESCHE Député PS de Paris

Une nouvelle fois, la France s’apprête à revoir sa législation sur le port du voile après l’avoir modifiée à plusieurs reprises ces dernières années. Cette inflation législative ne s’observe dans aucun autre pays, alors même que la France dispose déjà d’une des législations les plus restrictives au monde. L’universalisme français au nom duquel sont invoqués les principes républicains est de moins en moins universel et de plus en plus français ! 

Le débat récurrent sur le port du voile n’apparaît pas tant comme le signe d’une montée inexorable du communautarisme que comme le symptôme d’une crispation identitaire de la société française. 



C’est bien l’incapacité d’une partie de la France à se penser comme une société ouverte et tolérante qui explique cette volonté obsessionnelle de rendre toujours plus invisibles les signes d’appartenance à la religion musulmane

Dans ce contexte, légiférer à nouveau, suite à l’affaire Baby-Loup, ne fera qu’alimenter un peu plus la chaudière à produire de l’exclusion. Ce que veulent les partisans d’une nouvelle législation sur le port du voile, c’est une extension de l’interdiction bien au-delà des crèches bénéficiant de financements publics. Il suffit de lire les propositions de loi déposées par la droite qui préconisent la suppression du port du voile au travail et dans l’espace public pour s’en convaincre. On peut, dès lors, douter de la capacité du gouvernement à trouver un consensus sur ce sujet comme l’a souhaité le président de la République. Et, même s’il était trouvé, il ne serait qu’une étape supplémentaire pour ceux qui veulent, en réalité, accroître toujours plus le champ de l’interdiction du port du voile. Il n’y a pas d’apaisement possible dans ce domaine car la logique à l’œuvre est celle d’une surenchère permanente. 

C’est pour cette raison qu’il faut récuser l’argument selon lequel «il ne faut pas laisser la défense de la laïcité à Marine Le Pen». Cet argument, outre qu’il légitime l’opération de captation de la notion de laïcité par l’extrême droite, ne peut conduire qu’à l’alignement sur les positions les plus radicales. La réponse au malaise identitaire que connaît notre pays ne réside pas dans un nouveau durcissement de la loi sur le port du voile. Elle passe par la réaffirmation du principe de laïcité devenu l’instrument de toutes les manipulations. 

La laïcité n’est pas un principe d’exclusion ou de stigmatisation. Elle est au contraire un cadre qui garantit la possibilité de vivre ensemble. Pour l’avoir laissé galvauder, la gauche risque de se retrouver à la remorque des démagogues. Elle a pourtant intérêt à reprendre une attitude offensive dans ce domaine car tout indique que la crispation de la société française, même si elle est une réalité, est limitée dans l’espace et dans le temps. Des indicateurs, comme le nombre de mariages mixtes ou la plus grande tolérance des jeunes générations à l’égard de l’immigration, montrent une société plus ouverte qu’on ne le dit. 

C’est sur ces tendances d’avenir que la gauche doit s’appuyer et non pas sur les tendances mortifères du repli hexagonal.


Source : Libération