Posté le 11 novembre 2012 (lectures 1,001)
LFFM: Tout est mortibus

Dans ma chambre. Triste

J’écoute le Coran qui me berce.

Je pleure ma folie malgré moi.

J’écris.

 

« Tout est mortibus » écrivait S.Beckett



Cette voix qui m’attendrit

Ce rythme qui m’emporte

Originaire d’Alexandrie

Un remède pour mon âme morte

 

Mon dieu combien je Vous aime !

Combien ici j’ai mal, mon cœur se meurt

Et Satan mortel, quant à lui blasphème

Nul humain ne peut adoucir mes peurs

 

Mon supérieur j’invoque votre aide

La mort me hante, mon rêve s’assourdit

Ma vie indécise, fragile et laide

Attend votre beauté pour y trouver abris

 

Dernière strophe pour ce soir

Je n’ai plus d’inspiration

Je me laisse paisiblement concevoir

Mon état d’adoration.

 

31/03/11

Amal