Posté le 01 avril 2012 & (lectures 1,335)
LFFM: Communiqué du 30 mars 2012 

Communiqué du 30 mars 2012 : Une mère de confession musulmane portant le voile ne peut-elle pas entrer dans une école chercher son enfant ?

Voilà une question absurde, inacceptable et honteuse ; Une question de plus qui touche encore une fois, la femme musulmane ! Une énième fois où, au sein même de l’éducation nationale, on se permet de violer la charte de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen qui affirme à juste titre que « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi ».

Le 19 mars dernier, le journal régional (Corse) France 3 évoque l’histoire d’une mère à qui l’on reproche sa tenue trop « islamique » au nom de la laïcité ; Un reproche venant de parents d’élèves qui se sont unis pour manifester, sous l’œil de la direction de l’école, leur souhait d’interdire à la maman en question de pénétrer dans l’enceinte de l’école pour y déposer ou récupérer son enfant avec sa tenue, une robe longue et noire.



Sylvie, cette femme de confession musulmane, qui franchit le portail de l’école et fait trois pas jusqu’à la classe pour confier son enfant à sa maitresse, manifeste-elle réellement un trouble à l’ordre public ? Rappelons que la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) a rappelé que l'interdiction du voile ne s'applique pas aux parents d'élèves.

L’affaire va plus loin, jusqu’à faire intervenir l’Inspection académique qui envisage de revoir les règlements de l’école, de telle manière à ce que les enfants soient déposés à la porte de l’école, et non à l’intérieur.


L’association de parents d’élèves a finalement réussi à obtenir « des concessions » de la part de la mère attaquée « Au début c’est sa belle-soeur qui va venir prendre ses enfants, puis elle-même viendra puisqu’elle ne sera plus habillée tout en noir, mais elle aura deux ou trois couleurs ».


La Ligue Française de la Femme Musulmane déplore la bassesse, l’absurdité et l’injustice d’une telle décision qui ne reflète nullement la grandeur du droit civique, et dénonce avec la plus grande fermeté cette injustice qui souligne, une fois de plus, l’intolérance, l’incompréhension totale et la mise à l’index dont la femme musulmane fait inexorablement l’objet.


La Ligue Française de la Femme Musulmane tient par ailleurs à exprimer son soutien à toutes les femmes victimes au quotidien d’actes discriminatoires et à manifester toute sa sympathie, en particulier à Sylvie qui aspire seulement à être libre de vivre sa foi en harmonie avec la société.


La Ligue Française de la Femme Musulmane,

La Courneuve, le 30 Mars 2012.