Posté le 01 avril 2012 & (lectures 1,522)
LFFM: Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme

Article du 29 Mars 2012 : A propos du rapport de l'année 2011 de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme

La Ligue Française de la Femme Musulmane souhaite réagir aux résultats et constatations, à travers quelques citations tirées du rapport pour l'année 2011 de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme, sur "la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie."

Le climat à ce sujet reste tendu en France, et il est nécessaire d'en être informé et conscient pour continuer de lutter efficacement contre les préjugés, loin de toute stratégie de victimisation inutile. 



Vous pouvez consulter le rapport ici http://www.scribd.com/doc/86920927/Rapport-Racisme-2011-CNCDH


Voici ce que dit ce rapport :


"Pendant vingt ans, la tendance globale dans la société française a été celle d’un lent recul des préjugés, porté par le renouvellement générationnel, le développement de l’instruction, l’ouverture sur le monde. Depuis deux ans cette dynamique paraît stoppée. L’enquête 2010, effectuée exceptionnellement en janvier 2011, observait déjà une montée du rejet des étrangers, des immigrés, des musulmans." 

"(...) Si la surenchère du FN était attendue, (...), la majorité au pouvoir a également largement contribué à une augmentation de la xénophobie."
Force est de constater que l'image des musulmanes, des musulmans, et plus globalement de l'Islam, souffre d'une dépréciation intense, et de malentendus et d'amalgames qui s'accumulent.

 

"Si l’on détaille les préjugés en fonction des groupes cibles, de nettes différences se font jour. L’indice [de tolérance des minorités] ne baisse vraiment que pour deux minorités, celles des Musulmans et celle des Maghrébins. (...) Si on compare notre époque à celle d’avant la guerre, on pourrait dire que qu’actuellement le Musulman, ou le Maghrébin, a remplacé le Juif dans les représentations et la construction d’un bouc émissaire."

Le ressenti des musulmans, et particulièrement des musulmanes en France, est véritablement affecté par les agressions verbales, les discriminations à l'emploi mais aussi dans la vie sociale, par exemple les "affaires" des mamans voilées ne pouvant plus accompagner leurs enfants en sortie scolaire, et plus récemment, cette mère ("Sylvie M") interdite de venir chercher son enfant à l'école, et à qui l'association de parents d'élève s'est attaquée.

"Dans toutes les enquêtes pour la CNCDH, l’acceptation des immigrés, des étrangers, des minorités, est toujours plus élevée à gauche qu’au centre et au centre qu’à droite, et l’enquête de 2011 le confirme." 

"(...) Jamais la polarisation droite-gauche n’a été aussi forte. Ce processus de radicalisation des électeurs et sympathisants de droite est conforté tant par le durcissement de la politique du Gouvernement à l’égard de l’immigration et de l’Islam que par la dynamique du Front national et de ses idées, avec lesquelles près d’un tiers des Français se dit d’accord."


A la veille des élections présidentielles, les musulmanes et les musulmans français se font du souci. Aucun parti politique ne semble prêt à soutenir une véritable laïcité qui ne prendrait pas pour cible ses concitoyens de confession musulmane. Alors que les politiques devraient montrer la bonne attitude citoyenne à ses compatriotes, on assiste à un véritable acharnement dirigé contre les musulmans. Quelques personnages politiques osent pourtant lever la voix, comme l'ont fait Messieurs les Députés Golberg et Braouezec (http://www.lffm.org/modules.php?name=News&file=article&sid=225; http://www.lffm.org/modules.php?name=News&file=article&sid=224)


Le rapport souligne en outre le fait que "les évolutions du racisme observées dans les deux dernières enquêtes sont inhabituelles et préoccupantes. Il faut toutefois garder à l’esprit que le niveau de tolérance en France reste élevé. Le recul de l’indice longitudinal le fait retomber à un niveau équivalent à celui de 2006 et les mécanismes de long terme restent orientés dans la direction d’une baisse des préjugés."


Pour ceux qui veulent en savoir plus sur leur analyse du pourquoi de cette évolution :


"Mais l’économie n’explique pas cette hausse continue de l’intolérance depuis deux ans. La crise atteint la France en septembre 2008, et on observe alors des records de tolérance sur notre indice, confirmés en 2009. On est tenté de privilégier plutôt le contexte politique tant international que national. Les révolutions arabes qui débutent en décembre 2010, en Tunisie d’abord puis en Égypte, en Libye, au Yémen, en Syrie, d’abord saluées comme un réveil démocratique, attisent vite la peur d’une immigration incontrôlée et du fondamentalisme musulman. L’arrivée de Marine Le Pen à la tête du FN en janvier 2011 et sa stratégie de « dédiabolisation » rendent le discours frontiste sur les immigrés plus audible, plus acceptable. (...) elle présente ses idées autrement, au nom de la défense des valeurs républicaines et de la laïcité, au nom des valeurs féministes et tolérantes que l’Islam bafouerait. La stratégie de Nicolas Sarkozy en 2011, remettant l’identité nationale au cœur du débat politique et durcissant sa politique migratoire et sécuritaire pour contrer la dynamique lepéniste, contribue à légitimer ce repli xénophobe, comme le notaient les auteurs du précédent rapport de la CNCDH"

La Ligue Française de la Femme Musulmane,

La Courneuve, le 29 Mars 2012.