Posté le 27 juin 2009 & (lectures 1,492)
LFFM: Communiqué
Communiqué du Comité 15 Mars et libertés
 

Suite au discours du président de la République, M. Nicolas SARKOZY, devant le congrès, le comité 15 mars et libertés regrette qu’une initiative qui a manqué de recul, de la part d’un député et de ses collègues, soit à l’origine d’une expression à un niveau aussi élevé que celui du chef de l’Etat.

Un tel sujet amené sur la table de la République, malgré son caractère minoritaire, et sans réelle étude sérieuse du phénomène a pour unique but d’attiser la haine déjà grandissante à l’encontre des musulmans sur le territoire national, surtout depuis la promulgation de la loi du 15 mars 2004.
 

Le comité 15 mars et libertés, soucieux des libertés fondamentales dont beaucoup de musulmanes sont privées, pour le seul motif de leur tenue vestimentaire, au point d’être exclues du cursus scolaire public, craint que cet empressement dans la sur médiatisation d’un phénomène aussi minoritaire, ne soit qu’un nouveau moyen pour éviter le débat sur un problème qui relève pleinement du domaine de la liberté et de la dignité.
 

En effet, n’est-ce pas un déni de leur liberté, que de contraindre des élèves qui portent librement un foulard (et non la burqa ) à l’enlever ? N’est-ce pas un déni de leur liberté et de leur dignité de s’en prendre aux étudiantes et, plus généralement, aux femmes désireuses de porter le voile ?
 

Le comité 15 mars et libertés, loin de s’exprimer sur la pertinence d’une telle tenue minoritaire, souhaite que l’on ne se trompe pas de débat et que les femmes adoptant cette tenue ne soient pas, tel que ce fût le cas juste après la promulgation la loi du 15 mars 2004, sujettes aux attaques ou atteintes de quelque manière que ce soit.
 

Les concepts de la liberté et de la dignité, ne peuvent être objets de la politique « deux poids deux mesures ». Ces nobles principes ne peuvent être manipulés en érigeant des épi-phénomènes en « causes nationales ».
 

Le comité 15 mars et libertés, souhaite que le Président de la République accorde la plus grande attention à ce que tout soit mis en œuvre pour que les musulmans soient respectés dans leur dignité et protégés dans leur liberté.
 

Cependant, le comité 15 mars et libertés, fidèle à sa ligne de conduite, souhaite intervenir devant la commission qui sera mise en place autour de ce sujet, pour exposer  sa vision sur cette question.

22 Juin 2009