Posté le 17 décembre 2008 (lectures 2,671)
LFFM: L’unité dans la diversité, quel monde de demain ?
Est-il possible d’avoir l’unité dans la diversité ? Peut-on imaginer aujourd’hui d’avoir l'unité sans la diversité ? En effet, la diversité fait partie intégrante de notre société.

Il est important que chacun de nous, en tant que citoyen, cherche et pense aux moyens qui pourraient aider à développer une société ou les uns et les autres vivent ensemble en paix et en harmonie. Et chaque démocratie qui se respecte doit être fondée sur ce principe de l’unité dans la diversité (pluri bus unum), ou le pluralisme.

L’islam accorde beaucoup d’importance  aux valeurs comme la diversité, l’unité, l’harmonie, la tolérance et la paix.



I. La diversité

L’islam nous enseigne que la diversité est le propre de la nature et que cette nature est rendue plus belle par cette diversité. Cette diversité s’inscrit dans la création de l’univers

Allah dans le coran dit :

« N’as-tu pas vu que du ciel, vraiment, Dieu fait descendre l’eau ? Puis nous en faisons sortir des produits de couleurs différentes. Et dans les montagnes, il y a des stries, blanches et rouges, de couleurs différentes et aussi noir corbeau. Il y en a de même parmi les hommes et les animaux et les bestiaux. Les couleurs de tout cela sont différentes. Rien d’autre : craignent Dieu parmi ses esclaves, ceux qui savent. Oui Dieu est puissant, Pardonneur. » (Sourate Fatir verset 27 et 28)

Cette diversité existe parmi les êtres humains : ils sont variés dans leurs genres, leurs couleurs et leurs langues et par la multiplicité de races et de tribus. Ces différences sont considérées comme naturelles et sont appelés "signes de Dieu" dans le Coran.

« Il est de Ses signes de vous avoir crées de poussière, puis vous voila des hommes qui se dispersent……..Et il est de Ses signes, la création des cieux et de la terre, et de la variété de vos langues et de vos teints. Voila bien des signes, vraiment pour les gens qui écoutent » (sourate les Byzantins verset 20 à 22)

Ces signes sont indicatifs de la puissance Divine, de Sa puissance créatrice et de Sa  Sagesse car elles dotent la vie humaine d’une grande richesse et d’une grande beauté. Dieu veut que les êtres humains sachent tirer profit de cette diversité et d’éviter tout ce qui peut générer  les divisions.

La diversité des races, des familles et des tribus a un rôle sain et constructeur  dans les sociétés, elle permet aux hommes de s’entre connaitre. Dans les mots du Coran:

« O les gens !  Nous vous avons créés d'un mâle et d’une femelle et vous avons assignés en nations et tribus, pour que vous vous vous entre-connaissiez .Oui, le plus noble des vôtres, auprès de Dieu, c’est le plus pieux des votres. Dieu est savant, informé, vraiment. » (Sourate les Cloisons verset13).

Cette diversité ne devrait pas créer d’obstacles ou être la cause d’animosité  mais au contraire permettre aux êtres humains de mieux se connaitre et de s’apprécier mutuellement.

En plus de cette diversité naturelle il existe une autre diversité qui fait partie de la vie sociale et culturelle de l’homme, c’est la diversité des points de vue. L’islam, en plus de reconnaitre la diversité individuelle de chaque être humain, reconnait l’existence de la différence dans les groupes et les communautés.

«  …..A chacun de vous, Nous avons assigné une voie et un chemin. Si Dieu avait voulu, certes Il aurait fait de vous une seule communauté. Mais non. Afin de vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez vous donc dans les bonnes œuvres. Vers Dieu est votre retour à tous ; puis Il vous informera de ce en quoi vous divergiez. » (Sourate al Maida verset 48)

Il est bien connu en islam que les différences dans les opinions (ikhtilaf) sont également un signe de la miséricorde de Dieu.

Si Dieu l'avait voulu, comme cela est écrit dans le Coran, Il aurait forcé les gens à se rassembler sur un point, mais il ne l'a pas fait.  Dieu a fait envoyer ses prophètes et messagers à tous les  temps et à plusieurs peuples. Quant à savoir qui était sur le droit chemin et ceux qui  n’ont pas suivi la vérité, cette décision sera révélée le jour du jugement dernier par Dieu lui- même.Conformément à ce principe, Dieu a interdit à Ses prophètes et aux  croyants d'avoir recours à la coercition dans la religion. 

"Il n'y a pas de contrainte en religion", dit le Coran (2:256).



II. L’unité

Comme la diversité l’unité est un besoin pour les êtres humains. Mais il ne faut pas voir dans cette unité la totale négation de la diversité.

L'unité dans la diversité permet d'explorer et de renforcer les valeurs communes qui mettent l'accent sur l'interdépendance, l'égalité, la justice, des droits de l'homme, et le caractère sacré de chaque personne : sa dignité. L'objectif devrait être de promouvoir une vision unifiée et la reconnaissance du principe de "l'unité et la diversité"  du fait que nous sommes tous des habitants de la même planète.

En outre, nous devons essayer de construire une communauté plus inclusive fondée sur le respect des différences d'âge, de race, des origines ethniques, de sexe, de religion, de culture, d'appartenance politique et de nationalité.

Quel lien entre la relance des rancœurs historiques, les conflits dans les différents coins du monde, le génocide au Kosovo ou le nettoyage ethnique en Tchétchénie et l’augmentation des agressions racistes en Europe ? Quel lien entre les extrémismes de tous genres et la suprématie de certains groupes à travers le monde ? Existe-t-il un lien entre la violence qui vise les individus et les communautés dans un pays et les discriminations qui visent certaines races, couleurs et religion dans un autre pays ?

Le seul dénominateur commun possible est l’intolérance et le manque de respect de la diversité.

L’intolérance parce qu’elle provoque l’injustice économique, une politique de deux poids deux mesures et de l’oppression sociale. Aujourd’hui, l’intolérance  est la plus grande menace pour la paix et la sécurité. Un problème qui alarme  de nombreux gouvernements et les individus.

C’est elle qui enflamme la plupart des guerres, c’est elle qui alimente les persécutions religieuses et les confrontations idéologiques violentes.

Mais ce problème est il réellement insurmontable ? L’intolérance est elle inhérente à la nature humaine ?

Peut-on apprendre la tolérance et comment aider les gouvernements à faire face à ce poison qu’est l’intolérance sans enfreindre les libertés individuelles ? Comment construire un pluralisme pacifique, une société multiculturelle ou atteindre l’unité dans la diversité ? Comment favoriser des codes de conduites individuels sans durcir les lois ?



III. Conclusion

 Aujourd’hui encore, l’Islam et les musulmans sont encore la cible de stéréotypes et de fausses déclarations. La religion musulmane est souvent faussement associée à la violation des droits humains et au terrorisme. Pourtant l’islam prohibe l’injustice, l’oppression et la violation des droits de chaque individu et n’a également aucune tolérance pour les actes de génocides.

Le respect de la diversité sera atteint lorsque quatre principes comme le respect de la dignité, l’égalité fondamentale de tous les êtres humains, le respect et l'application des droits universels de l’Homme et de la liberté de pensée, de conscience et de croyance seront reconnus.

Peut-on promouvoir cette unité dans la diversité, ce pluralisme alors que des cultures et des religions sont dénaturées, que certains établissements et médias propagent la peur et la haine entre les groupes de personnes en dévalorisant les cultes et les valeurs individuelles ?

Pour défendre les droits de l’homme, le pluralisme, y compris le pluralisme culturel, la démocratie et la primauté du droit, la tolérance doit être pratiquée tant au niveau individuel que sociétaire. Elle doit être pensée en tant que nécessité politique et juridique.

Le meilleur outil est le dialogue, il sert cette cause et c’est par la compréhension, que nous apprenons ce qui nous différencie mais surtout ce qui nous unit. La nature nous offre un bel exemple de cette diversité. Nous devons regarder ce genre de dialogue basé sur le respect comme une valeur utile à un mieux vivre ensemble. Chacun de nous doit se sentir concerné par le bien être d’autrui et encourager le partage des responsabilités pour faciliter le rapprochement des êtres et des groupes, en vue d'instaurer la paix et la sécurité dans nos villes, notre société, et par extension, à la planète.