Posté le 18 mars 2008 (lectures 2,430)
LFFM: Le poème gagnant
Merci à toutes les participantes et à tous les participants au concours littéraire pour leurs écrits tour à tour originaux, émouvants ou courageux. Nous reconduisons le concours pour la prochaine rencontre. Ainsi, vous pouvez nous envoyer vos oeuvres (poèmes ou textes).

Ci-dessous le poème gagnant : "Mais je garde la foi"



Ô interminable recherche de gloire

Marchandant nos valeurs

L’humanité jetée en pâture

Tu nourris les âmes avides de pouvoir



Mais je garde la Foi



Comme une mère berçant son enfant

Douceur et chaleur apportant

Le baume réparateur

De ce monde agonisant



Les mains tendues en une prière,

Implorent pardon et secours,

Pénétré d’une douce lumière,

Le regard perdu de douleur,

Espère encore en l’amour.



Mais je garde la Foi



Aspirées par un tourbillon de violence,

Indifférence et intolérance furieusement se déchaînent,

Entrainées dans cette macabre danse,

Vérité et liberté luttent avec peine.


Mais je garde la Foi



Comme un artiste plein d’honneur,

Exposant avec grâce et élégance,

Je repeindrai sans honte et sans peur,

Les couleurs de la différence.



O Terre asséchée par les peines,

Abreuve- toi de mes larmes,

O Cœur noircit par la haine,

Mère vérité, tu désarmes.



Mais je garde la Foi



D’un bouquet de mains entremêlées,

D’un envol de mots assoiffés de liberté

Eclose la pure fraternité



Tes lèvres murmurent ton identité,

Le silence cache ta vraie pensée,

De quoi te sens-tu coupable, d’exister ?


Mais je garde la Foi



Si belle dans ta quête de vérité,

Parée du manteau de la connaissance,

Retrouvant ta dignité,

Tu affrontes l’ignorance.



Femmes d’hier et femmes d’aujourd’hui,

Aux fruits amers de la vie, tu as gouté,

Unissant les cœurs, libérant l’esprit,

Tant de défis tu as relevé,



Gardienne des cultures, gardienne de l’Histoire,

Elevant en ton sein l’Homme de demain,

Tu plantes dans le cœur de chacun,

Source de l’amour, la graine de l’espoir.





Femmes d’ici et femmes d’ailleurs,

Un doux instant, les yeux fermés,

D’un voile de paix enveloppées,

S’échappe la mélodie du bonheur,



Et je garde la Foi